Qu’est-ce qu’un intérêt débiteur et qu’elle est la différence avec les agios ?

L’ouverture d’un compte en banque suppose que vous versiez certains frais à votre établissement. Vous pouvez en effet réaliser un beau matin que cette dernière vous a prélevé des intérêts débiteurs sans bien comprendre en quoi cela consiste, et surtout, comment cette somme a été calculée avant d’être débitée de votre compte.

Dans cet article, nous vous expliquons ce qu’est un intérêt débiteur, comment le calculer, et surtout s’assurer que vous bénéficiez des meilleurs services bancaires au meilleur prix. Décryptage.

Un intérêt débiteur : c’est quoi ?

Les intérêts débiteurs sont typiquement les frais bancaires qui vont vous être débité de votre compte en banque en contrepartie d’une autorisation de découvert. Il n’y a donc en réalité aucune réelle différence entre des agios (qui sont des commissions prélevées par votre banque pour certaines opérations) et les intérêts débiteurs, qui ne sont rien d’autres qu’une forme d’agio.

En contrepartie de l’argent qui vous a été prêté de manière exceptionnelle ou non par votre établissement bancaire, cette dernière va dont vous prélever des intérêts, dont le montant sera généralement négocié avec votre conseiller au moment de l’ouverture de votre compte. Si vous avez un solde négatif pendant un ou plusieurs jours, vous devez donc vous attendre à ce que votre banque vous prélève des agios, sous la forme d’intérêts débiteurs.

Quels sont les agios que peut prélever votre banque ?

Contrairement à ce que vous pouvez penser, cette autorisation de découvert n’est donc pas un service gratuit, mais vous sera au contraire octroyée en contrepartie d’intérêts, le plus souvent trimestriels. Attention donc, car le taux d’un intérêt débiteur est généralement plus important qu’un prêt classique (comme un prêt à la consommation, par exemple). Il se rapproche en effet plus de celui d’un crédit renouvelable.

Les nouvelles obligations imposées aux banques françaises

Depuis un récent décret, adopté en mars 2014), les banques sont dans l’obligation d’utiliser l’appellation « intérêt débiteur » dans leurs brochures d’information, afin d’indiquer à leurs actuels et potentiels clients les frais associés à une autorisation de découvert.

La loi de régulation de 2016 stipule également que cette dernière est contrainte de vous notifier sous un délai d’au minimum 14 jours que des intérêts débiteurs vont être prélevés de votre compte suite à un découvert sur ce dernier. Elle devra également vous indiquer le montant prélevé.

Les frais d’autorisation de découvert sont également depuis plafonnés par jour et par mois, afin d’éviter de fragiliser les consommateurs français qui peuvent ne pas connaître et anticiper de tels frais bancaires.

Attention cependant, car toutes les banques ne proposent pas d’autorisation de découvert, et encore moins la possibilité de le dépasser. Parlez-en donc bien avec votre conseiller pour éviter des mauvaises surprises au moment de régler vos achats, ou des frais prohibitifs.

Comment les intérêts débiteurs sont calculés ?

Pour calculer votre intérêt débiteur, votre banque va se baser sur les dates de valeur opérations ayant donné lieu à un solde négatif sur votre compte. Attention, car elles ne correspondent pas nécessairement à la date à laquelle vous avez débité votre compte, car il existe parfois un décalage entre la date d’opération et de valeur (le moment précis où elle sera prise en compte sur votre solde bancaire).

Intérêt débiteur : comment sont calculés ces agios ?

Tenez donc compte de la date de valeur (en suivant de près votre compte en banque, notamment via votre espace client en ligne, si votre banque vous propose un tel service), pour éviter les agios, et surtout des frais trop importants si vous êtes plusieurs jours à découvert.

Les règles de calcul seront également différentes selon le mode de paiement que vous allez utiliser et la nature de votre opération. Ils divergeront donc s’il s’agit d’un paiement par carte, chèque, d’un virement bancaire ou d’un simple retrait d’espèces.

Exemple de calcul

Dans le cas d’un chèque, par exemple, la date de valeur ne pourra pas dépasser un jour ouvré (les jours travaillés ou d’ouverture de votre banque). Une fois que vous aurez identifié votre nombre de jours à découvert (en valeur et non en fonction de la date de l’opération), vous pourrez calculer vos agios en le multipliant par le taux prévu. Si vous avez par exemple eu un découvert de 1 000 euros pendant une semaine, et que le taux d’agio de votre banque est de 8 %, le calcul sera le suivant :

100 X 7 jours = 700 x 8 % / 365 jours : soit 0,153 euros.

Soyez donc particulièrement attentif avant d’ouvrir un compte bancaire auprès d’un établissement. Demandez bien quels sont les montants et méthodes de calcul de votre banque, puisque ces derniers seront sensiblement différents d’une banque à l’autre. Vous pouvez notamment utiliser un comparatif en ligne pour évaluer les offres et déterminer celle qui vous correspondra le mieux. Vous pourrez ensuite vous baser sur votre convention de compte pour faire imposer vos droits, car les intérêts débiteurs sont fortement réglementés.

Evaluez cet article

Commenter