Clicky

Le secteur bancaire mondial en alerte face au coronavirus

Le coronavirus a touché plus de 90 000 personnes et tué plus de 3100 personnes à travers le monde. Face à cette épidémie, la peur d’un important ralentissement de l’économie mondiale est bel et bien au rendez-vous. Mais face à cette crainte, certaines institutions comme la FED (Réserve fédérale) ont réagi. Explications sur ce phénomène.

La réaction des banques centrales face à l’épidémie de coronavirus

Il y a peu, la FED est passée à l’acte. Elle a diminué de 0,5 point de pourcentage, à 1,00/1,25% sa fourchette de taux directeurs. C’est historique ! En effet, depuis octobre 2008, c’est la première diminution de taux directeurs inter-meeting et depuis décembre 2008, c’est la première diminution de taux directeurs de plus de 25 bps. Lors d’une conférence de presse, Jerome Powell (président de la Réserve fédérale) a affirmé que les bases de l’économie américaines étaient solides, mais que le coronavirus poserait de nouveaux risques qui auront probablement un impact sur l’activité économique.

La FED n’est pas la seule à avoir baissé son taux directeur. En effet, les banques centrales malaisienne et australienne les ont également diminués. Ainsi, la RBA (banque centrale australienne) a baissé de 0,25 point de pourcentage, à 0,50% son taux directeur et la banque centrale malaisienne l’a baissé de 0,25 point de pourcentage à 2,50%.

Les raisons de ces baisses ? Pour la RBA, cette décision a été prise pour soutenir l’économie qui fait face au coronavirus. Du côté de la banque centrale malaisienne, le coronavirus a perturbé la production et les transports, en particulier en Asie. Les risques pour l’économie mondiale ont augmenté, surtout à court terme.

le secteur bancaire et le coronavirus

En ce qui concerne la BCE, aucune mesure n’a été prise, mais Christine Lagarde, sa présidente, a récemment publié un communiqué indiquant que l’épidémie de coronavirus progresse vite, ce qui crée des risques pour les perspectives économiques. La BCE est prête à adopter des mesures adéquates.

Face à l’épidémie de coronavirus, les banques centrales ont rapidement réagi. Cette vitesse de réaction peut surprendre et n’est pas de nature à rassurer. En effet, les marchés d’actions américains ont énormément chuté. D’ailleurs, dans les pays développés, les taux n’ont jamais été aussi bas.

Banques centrales : prêtes à être un soutien pour l’économie

Face à l’épidémie de coronavirus, des mesures seront mises en place pour protéger la croissance du futur ralentissement. La FED est la première à réagir. Comme indiqué au préalable, la banque centrale américaine a abaissé ses taux de 0,5 point de pourcentage tout de suite après une réunion des banquiers centraux du G7 et ministres des Finances. De cette réunion, aucune action n’était sortie. Désormais, les taux de la FED varient de 1% à 1,25%.

D’autres banques ont annoncé il y a peu, surveiller de près l’évolution de la situation et être prêtes à entrer en action pour soutenir l’économie. Ceci est un réel changement à comparer d’il y a quelques mois où le but était de maintenir les taux à leur niveau ou un peu plus haut, surtout aux USA.

réaction du secteur bancaire face à coronavirus

Du côté de l’Europe, les autorités sont également réactives. La BCE est notamment prête à adopter des mesures. Bruno Le Maire, a affirmé avoir eu au téléphone Christine Lagarde. Cet entretien a été positif. Le ministre français de l’Économie a ainsi déclaré vouloir une réponse à la fois coordonnée et forte au niveau du G7 et de la zone européenne. Ce sujet a été abordé lors de la réunion du conseil des gouverneurs de l’institution qui a eu lieu le 12 mars. Comme l’a expliqué Bruno Le Maire, ce qu’ils attendent est simple : un engagement de l’ensemble des acteurs européens afin de faire preuve de solidarité et d’ambition face au coronavirus. Il ajoute également qu’il est essentiel de pas négliger les mesures qui pourraient être budgétaires pour soutenir la croissance à un moment où elle connaît un ralentissement.

Du côté de la Banque d’Angleterre, cette dernière a promis qu’elle prendrait les mesures adéquates pour apporter son soutien à l’économie ainsi qu’au système financier du Royaume-Uni. En Asie, Haruhiko Kuroda a affirmé que ses équipes apporteraient assez de liquidités et garantiraient la stabilité des marchés financiers via des opérations de marché adaptées.

D’autres banques centrales ont réagi très vite comme celle de l’Australie qui a décidé de baisser de 0,25 point de base, à 0,5% son taux directeur (ce taux n’a jamais été atteint). Au début du mois de mars, la banque centrale des Émirats Arabes a aussi décidé de s’engager et a donc demandé aux institutions financières du pays de mettre en place des mesures afin de limiter les impacts du coronavirus sur l’économie.

Autres actualités qui pourraient vous intéresser :

Nous serions ravis de connaître votre avis

      Laisser un commentaire