Vole, vole la bulle Bitcoin

Le Bitcoin est-il en train de former la plus grosse bulle financière de l’histoire ? Cette question était sur toutes les lèvres fin 2017 avec les envolées mirobolantes de la cryptomonnaie en ligne de mire. Les observateurs ont eu un élément de réponse avec la chute brutale du cours qui s’ensuivit.

Alors que nous entrons dans les derniers mois de l’année 2018, le Bitcoin entame un nouveau rallye entrecoupé de soubresauts. Nous avons fait un petit état des lieux de la question qui est aujourd’hui plus que jamais d’actualité.

N’hésitez pas à consulter notre article comment payer en bitcoin pour savoir comment écouler vos bitcoins.

Quelques chiffres pour commencer

Après avoir reçu une sacrée correction durant le début de l’année 2018, le Bitcoin repartait à la hausse en ce mois de juillet poussé notamment par un afflux de nouvelles encourageantes de la part de régulateurs mais également de grands fonds d’investissement. Beaucoup s’attendent à une remontée importante au moins jusque septembre, mois au cours duquel devraient avoir lieu certaines annonces cruciales.

En 2017, le Bitcoin a fait le show. Sa valeur d’un peu moins de 1000$ au début de l’année a été multiplié pour atteindre quasi 19000$ fin 2017 selon Coinmarketcap, site de référence en la matière. La plus grande progression s’est effectuée dans le courant du mois de Décembre sur un intervalle de temps minuscule.

Dès le premier trimestre 2018, une rectification de moitié s’était déjà opérée et le Bitcoin s’échange aujourd’hui aux alentours des 8000$. Comparé aux niveaux de l’année passée, le prix reste tout de même multiplié par trois. Nous vous présentons ci-après le graphique représentant l’évolution du cours sur un an.

Evolution du cours de Bitcoin 2017 2018

Le bitcoin, un instrument hautement spéculatif

C’est la critique qui revient encore et encore à l’encontre du Bitcoin : celui-ci ne reposerait sur aucun actif intrinsèque et uniquement sur la confiance des investisseurs. C’est tout à fait vrai. L’essor du Bitcoin correspond originellement à une démonstration du ras-le-bol lié à la crise de 2018 et du manque de confiance dans les régulateurs historiques. Mais est-ce un mal en soi ?

Historiquement, l’élan de la monnaie fiduciaire (pour rappel du latin « fiducia » soit confiance) n’a pu être possible que par le biais d’une confiance mutuelle des usagers. Si dan le monde contemporain une communauté toujours grandissante préfère accorder sa confiance à la blockchain plutôt qu’à son banquier, c’est son choix.

On ne niera cependant pas le fait que le Bitcoin subit bien malgré lui un regain d’intérêt spéculatif lié aux perspectives de profits faramineux. Cela pourrait bien à terme signer sa mort.

On pourrait dire que le Bitcoin est en pleine crise d’adolescence. Soutenu au départ par une communauté plutôt en phase avec l’idéologie sous-jacente aux cryptomonnaies, le Bitcoin est aujourd’hui dans la visière des spéculateurs à la recherche d’argent facile. Ceux-ci souhaitent donc introduire la cryptomonnaie au grand public afin de pouvoir profiter de l’inexpérience de cette cible de choix.

Ceci dit, le Bitcoin répond également à une certaine demande et présente de nombreux avantages. On pense notamment à la possibilité de réaliser des transactions quasi instantanées sans frais ou presque. Dans ce domaine ceci dit, le Bitcoin fait un peu office d’ancêtre par rapport à de nouveaux venus tels le Dash ou encore le Stellar Lumens. Il y a donc fort à parier qu’il sera rapidement dépassé sur ce segment.

Fondamentaux d’une bulle financière

Le Bitcoin est-il un robiner à fric?On parle de bulle financière dite aussi bulle spéculative lorsque le prix du marché dévie fondamentalement de la valeur intrinsèque des actifs sous-jacents. Le marché, via la loi de l’offre et de la demande, s’emballe et perd pied par rapport à la réalité.

Les bulles financières sont intrinsèquement liées à la finance moderne et aux produits dérivés. En effet, les raisonnements financiers ou mathématiques menant à l’achat ou la revente d’actifs sous-jacents sont bien souvent liés à de pures considérations de profitabilité. La bulle grossit via le comportement irrationnel des investisseurs et des acteurs de marché. Elle tend donc inexorablement vers l’explosion qui découle bien souvent d’un effet de panique. Finalement, le Bitcoin a déjà eu sa bulle fin 2017 et celle-ci a bel et bien explosé.

Pour la petite histoire, la première bulle financière identifiée eut lieu en Hollande en XVIIème siècle avec une spéculation inconsidérée sur la valeur des bulbes de tulipe. Parmi les bulles financières les plus connues de l’histoire de la finance moderne, beaucoup se souviendront notamment de la crise des subprimes en 2007.

Quelques indicateurs positifs

Dans le cas du Bitcoin, il y a cependant un nombre croissant d’indicateurs qui vont à l’encontre de la « théorie de la bulle ». Les cryptomonnaies s’invitent de plus en plus sur la scène financière classique et cela s’accompagnera inéluctablement d’une stabilisation de leur cours. La route est encore longue, certes, mais la machine est bel et bien en marche. Certaines avancées récentes démontrent l’acceptation progressive des cryptomonnaies. Nous vous donnons deux exemples ci dessous.

A lire aussi : qu’est ce que le cloud mining ?

Demandes d’agrément auprès des autorités compétentes

Aux Etats-Unis, plusieurs demandes d’agrément pour des fonds d’investissement liés au cours du Bitcoin sont actuellement en cours d’examen. On parle d’agrément en tant qu’ETF soit « Exchange-Traded Fund ».  Même si la demande la plus médiatisée, celle des jumeaux Winklevoss (les fameux jumeaux Facebook), a été rejetée tout récemment, d’autres bien plus sérieuses sont encores sujettes à examen. Beaucoup d’observateurs s’attendent à un agrément imminent de la part de la SEC (« Securities & Exchange Commission » pour les novices).

Régulations dans plusieurs pays

Plusieurs pays ont démontré une volonté d’analyser le secteur pour éventuellement le réguler. Est-ce une bonne ou mauvaise nouvelle ? L’essence même du Bitcoin est son indépendance de tout régulateur. Il n’empêche, les monnaies traditionnelles font encore la loi aujourd’hui et il y a fort à parier qu’une régulation du Bitcoin permettra à la cryptomonnaie d’obtenir une acceptation plus générale et donc un usage plus répandu. Certes, cela ne fera pas la joie des spéculateurs mais cela permettrait, à terme, de générer plus de stabilité dans le cours et donc d’éviter le risque de bulle.

Alors, bulle ou pas bulle ?

Depuis ses débuts, le Bitcoin est qualifié de bulle purement spéculative par certains. Il est vrai que le marché est fragile et volatile. En cas de perte de confiance, une correction sévère s’impose à chaque fois.

A mon sens, le problème majeur du Bitcoin est qu’il est devenu mainstream. Tout à chacun veut aujourd’hui acheter des Bitcoins dans le seul but de bénéficier d’une hausse spectaculaire et donc de réaliser une plus value énorme à très court terme. On en vient donc au nœud du problème car ces investisseurs du dimanche revendront immanquablement leur Bitcoins dès qu’ils auront engrangé des gains suffisants. Le marché subira alors une nouvelle correction. L’arrivée prochaine d’acteurs institutionnels sur le marché risque d’accentuer encore les hausses et les baisses inconsidérées.

Et si le Bitcoin n’était pas une bulle mais plutôt une sorte de balle magique qui finit toujours par rebondir avec une amplitude amoindrie pour finalement se stabiliser ? N’en déplaise à ses détracteurs, le Bitcoin ne disparaîtra probablement pas du jour au lendemain même s’il doit encore trouver sa valeur de référence. Personnellement, je qualifierai cela plutôt d’erreurs de jeunesse que l’observateur averti regardera avec attendrissement plutôt que méfiance.

Pour aller plus loin : où payer en bitcoin

Commenter