Cloud Mining : comment miner la crypto-monnaie ?

Si vous débutez en cryptomonnaie, vous êtes probablement aussi perdu que je ne l’étais il n’y a pas si longtemps en lisant des articles ou en regardant des vidéos sur le sujet. Le cloud mining semble à la mode c’est jours-ci. On nous vante la possibilité de miner des cryptomonnaies sans devoir acheter de matériel et en concluant un simple contrat.

Malgré une formation financière pointue, je dois reconnaître ma difficulté à comprendre le pourquoi du comment. Je crains surtout de me faire avoir par les (très) nombreuses arnaques en la matière. Vu la facilité d’acheter toutes sortes de cryptomonnaies ces jours-ci, l’activité de minage est-elle encore réellement intéressante ?

L’un des plus gros acteurs du marché, Hashflare, a d’ailleurs déchaîné la colère de ses utilisateurs ce 20 juillet en stoppant sans préavis ses contrats Bitcoin. Nous y reviendrons dans la suite de cet article.

Qu’est-ce que le minage ?

Le minage (ou mining, les deux termes sont utilisés indifféremment ci-après) consiste à utiliser la puissance de calcul informatique afin de valider des transactions réalisées en cryptomonnaie dans le monde entier. C’est donc le minage qui légitime les transactions en cryptomonnaie et qui crée de nouvelles unités. Attention cependant, certaines cryptomonnaies utilisent un processus différent (par exemple, IOTA).

Chaque fois qu’un bloc de transactions est validé, le mineur qui a terminé le bloc est récompensé via l’attribution de cryptomonnaie nouvellement créée. Ce bloc est ensuite ajouté à la blockchain de la cryptomonnaie dont question. L’activité de mining participe donc à la création de cryptomonnaie et au soutien de cette nouvelle économie.

Minage traditionnel vs cloud mining

Au départ, les mineurs mettaient à disposition leur propre ordinateur et carte graphique. Afin d’avoir une capacité de minage suffisante, il fallait investir et construire ce qu’on appelle un RIG de minage. Il s’agit d’un ordinateur avec des cartes graphiques ultra puissantes et d’autres configurations particulières. Cette forme de minage traditionnelle a divers inconvénients notamment la nécessité d’investir dans le matériel adéquat et l’obsolescence plus ou moins rapide dudit matériel. Vous trouverez toutes les infos à ce sujet dans notre article sur le matériel et la configuration nécessaire pour miner à domicile.

Miner cryptomonnaie et Bitcoin

 

En outre, miner de la cryptomonnaie est énergivore et dégage une quantité importante de chaleur. C’est d’ailleurs la raison principale pour laquelle les mineurs sont rémunérés. L’opération est donc parfois peu lucrative, en particulier dans les pays où l’électricité coûte cher.

Aujourd’hui, un pourcentage conséquent du mining se passe dans le cloud. Bienvenue dans l’ère du Cloud mining. Le cloud mining peut se comparer à un contrat de location de matériel de minage ou de location de puissance de calcul informatique. Le locataire (le mineur) est rémunéré sur la base des cryptomonnaies créées par des machines entreposées dans une ferme de minage. Dans le jargon, on dit que vous louez de la puissance de hachage (en anglais « hashpower »).

Des entreprises investissent donc dans l’infrastructure et le matériel nécessaires pour miner. En Europe, la plupart de ces sociétés sont basées dans les pays de l’Est car le coût de l’énergie y est moindre. Au niveau mondial, ces compagnies s’implantent là où elles peuvent trouver de grands entrepôts pour un coût moindre mais également là où l’électricité coûte le moins cher étant donné que c’est le paramètre de coût le plus important lié au minage.

Avantages et inconvénients du cloud mining

Avantages

  1. Vous bénéficiez d’un matériel à la pointe et bien entretenu.
  2. Vous ne devez pas acheter de matériel. En quelques clics, votre contrat est scellé et vous commencez à miner.
  3. Vous ne subissez pas les inconvénients du minage à domicile notamment le bruit de la ventilation.

Inconvénients

  1. L’investissement initial est parfois important sans contrepartie physique.
  2. Il y a énormément d’arnaques et il est extrêmement difficile de trouver un opérateur de confiance.
  3. Le flou juridique est important. Par exemple, la plupart des contrats laisse à l’entreprise de cloud mining la prérogative de suspendre ses activités de manière quasi arbitraire si elle ne parvient plus à générer des profits.

Comment calculer votre rentabilité ?

L'activité de Cloud Mining est-elle rentable ?Faites vos recherches avant de conclure un contrat de cloud mining, il est possible d’effectuer des simulations de rentabilité notamment sur Coinwarz. Plusieurs facteurs entrent en compte dans le calcul de rentabilité que nous vous détaillons ci-après.

1. Le Hashrate

C’est la mesure la plus importante. Le Hashrate ou taux de hachage mesure la puissance informatique de minage. Concrètement cela correspond au nombre de hachages réalisé par seconde. Au plus cette vitesse est élevée, au plus vous avez de la chance de trouver le bloc suivant qui sera ajouté à la blockchain et rémunéré en cryptomonnaie. Pour le Bitcoin, la grande majorité d’entre eux ont déjà été trouvés et sont donc en circulation. La probabilité de trouver un nouveau bloc en minant devient donc de plus en plus restreinte. En gros, retenez que plus votre vitesse de hachage est élevée, plus vous aurez de la chance d’engendrer des cryptomonnaies.

2. Frais d’électricité

Simple et facile ; cela ne s’applique pas en tant que tel dans le cadre du cloud mining vu que les machines sont décentralisées. Faites attention cependant car certaines entreprises répercutent une partie de ces coûts sur les utilisateurs.

3. Facteurs liés à la cryptomonnaie

Le cours de la cryptomonnaie que vous choisissez de miner ainsi que sa difficulté de minage sont des facteurs qui influencent également le montant qui vous sera versé. Les simulateurs calculent généralement ces facteurs selon leur propre méthode.

4. Autres frais de la plateforme

Attention, chaque site de cloud mining a ses particularités et petits frais annexes. Veillez donc bien à vous assurez que vous avez lu en détail tous les petits caractères avant de vous lancer. Genesis, la plateforme la plus fiable à l’heure actuelle, applique par exemple des frais de maintenance quotidiens.

5. Frais de partie tierces

Suivant l’usage que vous souhaitez faire de vos devises, certains frais s’appliqueront par exemple en cas de transfert de fonds vers votre porte monnaie électronique ou, par la suite, si vous souhaitez convertir vos devises minées en devises traditionnelles.

Meilleurs sites de cloud mining

Jusqu’il y a peu, je vous aurais dit qu’il n’y a que deux acteurs fiables sur le marché actuellement : Genesis et Hashflare. Tous deux sont présents depuis un certains nombre d’années et ont une réputation bien établie. L’existence physique de leurs fermes de minage est prouvée ce qui, croyez-moi, n’est pas le cas pour beaucoup d’autres.  Si les deux services ne faisaient pas forcément l’unanimité, il y avait en revanche un quasi consensus sur leur respectabilité.

Aujourd’hui, je me mords la langue suite à l’annulation soudaine le 20 juillet 2018 de tous les contrats Bitcoin d’Hashflare qui a entraîné une levée de boucliers. En cause, la volatilité des cryptomonnaies et une clause dans le contrat qui donne cette possibilité à la société de cloud mining. Motif d’énervement additionnel, Hashflare avait quelques jours auparavant renforcé ses conditions d’identification pour retirer ses cryptomonnaies en argent sonnant et trébuchant. Bref, beaucoup se retrouvent sur le carreau et ont aujourd’hui l’impression d’être devenus les dindons de la farce.

Quelque mots sur Genesis

Si vous n’êtes toujours pas refroidi, l’acteur le plus connu et le plus fiable reste l’indétrônable Genesis dont les entrepôts (la ferme en jargon) sont situés en Islande. La réputation de cette firme créée par un ancien banquier allemand est bien établie ce qui vous offre donc une certaine forme de garantie. La plateforme vous permet de miner les principales cryptomonnaies en circulation à l’heure actuelle notamment le Bitcoin, le Dash, l’Ethereum, le LiteCoin et le Monero. La plupart de ses devises font partie selon nous des devises à suivre en 2018 et 2019.

Vous avez le choix entre différents contrats dont le moins cher pour les Bitcoin coûte 285$ pour une puissance de 1TH/s. Si vous avez lu l’article avec attention, vous comprenez que ce n’est pas avec la formule de base que vous aurez des chances d’engendrer beaucoup d’argent surtout si vous minez des Bitcoin. Il vous faudra donc mettre la main au portefeuille afin de s’offrir une vitesse de hachage plus élevée.

Concrètement ca donne quoi ?

Récapitulons : vous avez le choix entre Genesis et Genesis si vous ne souhaitez pas prendre le risque de perdre totalement votre investissement.

Difficile à dire si vous gagnerez effectivement de l’argent vu que les cryptomonnaies sont à l’heure actuelle hautement volatiles. L’évolution du cours de la devise que vous choisissez de miner aura un impact important sur votre rentabilité.

Pour ma part, j’aurais bien miné des Ethereum car le Bitcoin c’est très oldschool ces jours-ci. Malheureusement, tous les contrats Genesis sont actuellement en rupture du stock hormis les contrats en Bitcoin. Ce sera donc une simulation pour un contrat Bitcoin Platine, soit la formule intermédiaire.

Ma simulation sur Coinwarz

J‘ai donc fait une simulation à la grande louche sur Coinwarz, référence en la matière, ce 27 juillet et franchement, ce n’est pas brillant brillant. Si je prends l’option Platinum chez Genesis je dois débourser un investissement initial de 1400$. Via leur programme d’affiliation, vous trouverez en quelques secondes un code promo de 3% du montant soit un investissement de base de 1358$. Mon contrat dure 5 ans soit une éternité à l’échelle des cryptomonnaies. Je bénéficie d’un hashrate de 5TH/s.

Si je rentre ces données dans mon simulateur, la profitabilité annuelle estimée est d’environ 700$. Il me faut encore déduire mes frais fixes de maintenance soit 0.14$ par TH/s par jour c’est-à-dire dans mon cas 0,7$ quotidien multiplié par 365 jours donc 255.5$.

En gros, si je fais abstraction de tout autre frais, mon profit espéré est de 444.5$ annuellement. Il me faudra donc 3 ans avant de rentabiliser ma mise initiale et espérer un retour sur investissement si les conditions restent identiques ce qui ne sera pas le cas. Je n’aborde même pas ici le fait que la difficulté de minage du Bitcoin ira croissant car nous approchons progressivement le seuil maximal à miner.

Je résume donc : j’achète un contrat m’offrant peu de garanties pour miner une monnaie hautement volatile qui s’avérera de plus en plus difficile à miner avec le temps. J’espère un retour sur investissement dans 3 ans autant vous dire une vie dans le monde des cryptomonnaies. Le seul qui gagne dans cette histoire, c’est mon banquier allemand dans sa ferme de minage islandaise.

Pour ce prix là, autant en revenir au bon vieux minage à domicile ou investir dans quelques cryptomonnaies et me contenter d’attendre que leur cours fassent un bond spectaculaire.

Attention aux arnaques

Pour les plus acharnés ou ceux qui souhaiteraient tout de même conclure un contrat de cloud mining pour des raisons idéologiques, une prudence extrême est de mise. Les arnaques pullulent sur le web. Rien de plus simple que de créer un site internet et poster quelques articles et vidéos pour attirer le pigeon.

C’est d’ailleurs une véritable gangrène pour l’ensemble du secteur des cryptomonnaies. En l’absence de régulateur, vous n’avez aucune garantie. Ne partez pas du principe que tout à chacun sur internet souhaite ardemment vous rendre riche. Ne vous laissez donc pas avoir par des promesses de rentabilité trop alléchantes. On ne le répétera jamais assez : si vous souhaitez vous lancer en cloud mining, mieux vaut s’en tenir pour le moment aux quelques acteurs réputés du marché dont nous avons la preuve qu’ils possèdent effectivement une ferme de minage.

Du coup, je me lance ou pas ?

Ces jours-ci, il est tellement facile d’acheter et vendre des cryptomonnaies qu’on se demande s’il est encore utile de participer au minage en tant que tel. Bien entendu, certains le feront toujours par conviction et c’est tant mieux. En revanche, d’autres décideront probablement de se lancer en espérant une rentabilité décente et là, ca coince un peu. Franchement, le cloud mining, ca rapporte peu compte tenu des risques encourus. On se demande quel est l’intérêt de conclure de tels contrats sauf si vous croyez fortement en votre bonne étoile.

Je m’interroge aussi sur le bien fondé du contrat de cloud mining. Pourquoi n’utilise-t-on pas un contrat de type actionnariat où les investisseurs auraient un droit sur les actifs de la ferme de minage ?

Comme écrit plus haut, mieux vaut peut-être tout simplement miner à la maison ou investir dans les cryptomonnaies. C’est d’ailleurs une conclusion qui revient très souvent de la part de blogueurs et autres youtubeurs qui ont fait l’expérience. Ils estiment qu’il auraient mieux fait d’investir passivement dans la cryptomonnaie sous-jacente.

Personnellement, je passe mon chemin car, outre le fait que le principe même du cloud mining soit discutable voire stupide, je pense qu’il y a bien d’autres moyens de gagner sa vie via les cryptomonnaies nettement plus rentables.

Evaluez cet article

Commenter