Visa s’offre la startup Plaid pour 5 milliards de dollars

La technologie de Plaid donne la possibilité aux applications proposant des services financiers, de se connecter aux comptes en banque de leurs utilisateurs. En rachetant Plaid pour plus de 5 milliards de dollars, VISA entend devenir un interlocuteur des startups de la finance.

Ci-dessous, retrouvez toutes les informations essentielles sur le rachat de Plaid par VISA.

VISA débourse 5,3 milliards de dollars pour racheter la startup Plaid

VISA ne souhaite pas rater le train de l’Open Banking ! La preuve : le groupe vient de s’offrir la startup Plaid pour la modique somme de 5,3 milliards de dollars (= 4,8 milliards d’euros). Un choix stratégique pour le distributeur de cartes bancaires qui dispose désormais d’un nouvel argument pour augmenter ses performances ! En effet, cette nouvelle acquisition permettra à VISA de proposer des solutions encore plus poussées. Cette fusion des deux sociétés devrait également donner lieu à de nombreuses possibilités tant pour ces deux entreprises que pour les clients des banques.

Créée en 2013, Plaid est une findtech B2B. Cette plateforme permet aux utilisateurs de connecter leurs comptes bancaires à différents outils de paiement. Il s’agit en réalité d’applications financières de type Chime, Betterment, Transferwise, Acorns ou encore Venmo. D’après l’entreprise, elle serait reliée à plus de 11 000 institutions financières au Canada, aux Etats-Unis et en Europe. Grâce à ce rachat, VISA espère s’ouvrir à d’autres activités, mais également développer celles déjà existantes tant aux USA qu’à l’international. Via cette acquisition, VISA souhaite donc diversifier ses sources de revenus.

Peu connue des consommateurs américains, Plaid s’est pourtant invitée à leur insu, dans leur quotidien. VISA estime d’ailleurs qu’un Américain sur quatre possédant un compte en banque aurait déjà utilisé les technologies suggérées par Plaid pour relier leurs comptes bancaires à d’autres applications.

Plaid : à la conquête de l’Union européenne !

Plaid est active dans plusieurs pays : au Royaume-Uni, au Canada et aux Etats-Unis. Mais il y a peu, la findtech s’est lancée en version beta dans plusieurs pays européens : en France, en Italie et en Irlande, des pays qui ont dû transposer la nouvelle directive européenne concernant les services de paiements. Cette dernière oblige les établissements bancaires à entrer dans l’ère de l’Open Banking. Via la puissance de frappe conférée par VISA, Plaid devrait faire de l’ombre à d’autres acteurs phares comme le suédois Tink.

Rachat de Plaid par VISA : une belle opération !

Comme indiqué, Visa s’est offert Plaid pour 5,3 milliards de dollars, soit le double de sa dernière valorisation (cette dernière a eu lieu fin 2018 pour la somme de 2,65 milliards de dollars). Outre cette somme de rachat incroyable, c’est la première fois que VISA rachète une entreprise en dehors de son coeur d’activité, comme le souligne le New York Times.

Plaid racheté par VISA

VISA financera cette opération grâce à de la trésorerie disponible et par de la dette émise en temps approprié. Ce rachat n’aura aucun impact sur sa politique de dividendes et sur son programme de rachat d’actions annoncé au préalable.

VISA et Plaid : une collaboration intéressante

Lancée en 2013, Plaid est une startup qui a su en six ans d’activité, se faire une place de choix sur le marché de la finance grâce à sa solution innovante. En effet, via sa plateforme, Plaid donne la possibilité à ses utilisateurs d’interconnecter leurs comptes en banque à diverses applications financières comme Transferwise ou encore Acorns.

Concrètement, Plaid dispose d’une API lui permettant d’offrir ses services à des milliers d’applications bancaires. Ce logiciel mis en place par la startup permet aux entreprises de se connecter aux comptes en banque de leurs utilisateurs en toute sécurité.

Actuellement, 11 000 institutions financières lui font confiance.

Zach Perret et William Hockey, les deux fondateurs de Plaid, ont affirmé que le rachat de l’entreprise par le groupe VISA va permettre à la société de se développer à l’échelle mondiale.

A lire aussi : une banque se met à taxer les dépôts.

Commenter