Le taux du Livret A abaissé à 0,50%, bien en dessous du taux d’inflation

Placement très prisé par les Français, le Livret A est détenu par 55 millions de personnes en France. Si son taux est de 0,75% actuellement, celui-ci sera en baisse à partir du 1er février 2020. Il sera abaissé au niveau plancher de 0,50%, comme l’a annoncé le ministre de l’Économie et des Finances, Bruno Le Maire.

Livret A : un livret populaire, mais peu garni

Le Livret A est un livret d’épargne très populaire, détenu par des millions de Français, comme l’indique le journal La Tribune. Or, ce livret est peu ou pas du tout garni : les livrets alimentés de moins de 1 500 euros représentent 60% de tous les livrets (et 3% de l’encours) et ceux approvisionnés de 150 euros atteignent 40% de ce nombre total de livrets. A l’inverse, 20% des Livrets A les plus pourvus représentent 80% des encours environ alors que les LDDS les mieux alimentés constituent 55% des encours.

Au vu de ces données, il semble que les ménages ouvrent un Livret A pour se constituer une réserve d’argent à utiliser en cas de coups durs. Se créer un patrimoine financier ne semble donc pas leur priorité.

Côté rémunération, si le taux du Livret A est de 0,75% aujourd’hui, celui-ci sera baissé à 0,50% à partir du 1er février 2020.

Avec une rémunération de 0,75%, le Livret A rapportait à l’ensemble des personnes épargnantes 2,23 milliards d’euros sur une année. Avec un taux abaissé à 0,50%, son gain sera donc diminué : 1,49 milliard d’euros (chiffres obtenus d’après le calcul le Cercle de l’épargne).

Livret A : un taux abaissé au niveau plancher

Comme l’a annoncé Bruno Le Maire, la rémunération du Livret A sera baissée à 0,50%, d’après la nouvelle formule de calcul du taux. Cette diminution tient compte de l’inflation et des taux d’intérêt bas, comme l’a expliqué le ministre de l’Économie et des Finances qui a suivi les recommandations du gouverneur de la Banque de France.

baisse du taux de rémunération du Livret A

La Banque de France, en charge du calcul du taux de rémunération pour les livrets réglementés, n’a pas manqué de préciser les modalités concernant cette nouvelle formule de calcul. Le taux du Livret A est donc obtenu à partir de la moyenne de l’inflation sur les six derniers mois et de celle des taux d’intérêt monétaires à court terme. D’après cette méthode, le taux du Livret A serait de 0,23%. Or, cette nouvelle formule inclut un niveau plancher fixé à 0,50%. La rémunération du Livret A (et du LDDS) ne baissera donc jamais en dessous de 0,50%, comme l’a assuré Bruno Le Maire. Ce dernier ajoute également qu’une baisse pourrait être envisagée dans quelques mois  : « dans six mois, nous verrons s’il faut réviser ce taux ». 

Baisse du Livret A : quelles conséquences pour les Français ?

Pour la majorité des personnes épargnantes, cette baisse du Livret A ne devrait pas être sans effets négatifs. En revanche, pour une partie d’entre elles (la plupart du temps la plus privilégiée) devrait tirer partie de cette nouvelle rémunération. Par exemple, pour un titulaire d’un Livret A et ayant 10 000 euros de placer dessus, la perte sera de 25 euros sur une année. Pour une personne disposant de 22 950 euros sur son Livret A, la perte atteindra 57,375 euros (chiffres d’après le cabinet de réflexion sur l’épargne et sa réglementation). Logiquement, les livrets A garnis de moins de 1 000 euros, la perte sera de 2,50 euros par an maximum.

Outre le Livret A, d’autres livrets d’épargne devraient également connaître une baisse. En effet, d’après l’institution financière, le taux de rémunération du livret d’épargne populaire devrait baisser à 1%.

La rémunération du Livret A devrait donc connaître très prochainement une baisse. Une annonce qui fut un vrai coup de tonnerre et qui ne sera pas sans conséquences pour les titulaires d’un Livret A.

Découvrez aussi les raisons de l’union de la Banque Postale avec CNP Assurances.

Commenter